LTE : la CFE-CGC exige des créations de postes supplémentaires en France

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

Aujourd'hui ALCATEL-LUCENT a rendu public a l'occasion du salon Mobile World Congress son accord ( Memory of undertanding) aujourd'hui avec la société N.E.C. La CFE-CGC était déja informée par des collégues de ce projet, de son degré d'avancement et de ses objectifs . Nous n'avions pas réagi plus vigoureusement lors du Comité Central D'entreprise du 1er Février face au trop faible nombre de création d'emploi dans le secteur du LTE , et notamment leur absence à Villarceaux ou de nombreuses compétences locales existent dans l'entreprise et hors de celle-ci ( ecosystème du pôle de compétitivité, écoles , universités, ... ). Il fallait préserver la confidentialité des négociations pour garantir leur succés. Mais cette annonce qui concrétise de nouvelles perspectives de marché au Japon ,en Asie, et une présence dans le LTE qui va élargir encore le spectre de notre offre mobile globale ( GSM , CDMA, W-CDMA, WIMAX , LTE ) va contraindre nos concurrents à une course à la mort technologique. Il n'y a pas bien sur de garantie de succés mais il est impératif d'y mettre des moyens et légitime que ces moyens se traduisent en FRance par un développement des activités liées au LTE. Michel Rahier , directeur du Business Group Opérateurs, parle de mutualisation de la R&D avec NEC mais il doit aussi être équitable avec ALCATEL-LUCENT France en créant des postes correspondant au développement de cette activité en R&D dans les mois à venir Si la conclusion de cet accord et le partenariat judicieux avec LG ne se traduisent pas par une augmentation des postes ouverts dans le cadre du LTE en France cela signifiera que la FRance est toujours dans le collimateur. Le solde des suppressions d'emploi en France est une chose, le refus de lui donner toute sa place dans les évolutions technologiques futures serait une décision d'une autre nature que la CFE-CGC dénoncera au regard de l'implication de l'Etat et des collectivités territoriales dans la filière.

Commenter cet article