CPE à CIT ?

Publié le par Intercentre Alcatel CIT CFE-CGC

des CPE à ALCATEL ?

Une fourmi de 18 métres avec un chapeau sur la tête ,

 ca n'existe pas ! ca n'existe pas   !

Mais comme l'écrivait si bien le poéte Robert Desnos et pourquoi pas ? ?

Expliquons nous. La CFE-CGC a accueilli le CPE avec un pragmatisme d'autant plus méritoire qu'il a été lancé en mentant.

Dire qu'il ne précarise pas les jeune est faux.

Dire qu'il vaut mieux un emploi précaire que le chomage est vrai.

Mais en France dire la vérité semble devenue impossible à nos hommes politiques de droite ou de gauche. On a l'impression qu'ils jouent à un jeu du style "ni oui - ni non " avec les citoyens tout le monde doit deviner des choses qui ne sont jamais énoncées.

Qu'on se rappelle la réforme des retraites faite à 30 % ou le refus de chercher des financements de la sécurité sociale intelligents comme la cotisation sociale sur la consommation.

Aussi dans la cas du CPE on peut résumer la position des Français et des jeunes de la façon suivante : oui c'est pas une avancée sociale mais si ca peut éviter le chomage à 100 000 jeunes ca sera toujours ca.

Seulement il y a deux questions derriére cela :

  • Comment le patronat évitera t  il de tomber dans la tentation du contrat de 23 mois avec changement de titulaire . un nouvel embauché de 24 ans tous les 23 mois ( effet de noria )
  • Pourquoi si je m'apprétais à embaucher un jeune en CDI ne lui proposerais -je pas un CPE ( effet de substitution) ? Aprés tout si il lui prenait l'idée saugrenue de tomber enceinte ou de demander des heures supplémentaires je pourrais faire un caprice. Sans compter que la conjoncture peut se retourner (et ca c'est une réalité objective).

Pour en revenir à nos scénarios fantaisistes imaginons qu'une SSII embauche des ingénieurs sortis d'école à 23-24 ans en CPE , en débauche une grande proportion au bout de 23 mois. En embauche certains à 25 ans avec la même politique.

Et si elle avait  la sympathique idéee de créer une myriade de start-up de moins de 20 salariés qui pourront les reprendre en CNE quand ils seront devenus des vieillards de 26 ou 27 ans aspirant à une PRT dans un PSE.

Un début de carriére prometteur en tout cas

Heureusement qu'il s'agit la de pure imagination : nous connaissons la politique RH humaine et respectueuse des lois de la majorité des SSII .

Alors dans ce contexte ( de fantaisie ) pourquoi pas des CPE à ALCATEL CIT ?

En tout  rien ne l'empêche a part ce truc ringard , vous savez qui s'appelle la convention de la métallurgie et qui stipule :

" Article 5 : Période d’essai

La durée de la période d’essai est de trois mois pour les ingénieurs et cadres des positions I et II.

Toutefois, la période d’essai peut, d’un commun accord, être réduite ou, au contraire, notamment pour les fonctions présentant des difficultés particulières, être prolongée d’une durée égale.

Pour les ingénieurs de la position III la période d’essai peut être fixée d’un commun accord à une durée supérieure à trois mois.

En tout état de cause, la période d’essai ne saurait excéder six mois. "

Ahlala quelle ringardise ces syndicalistes !

Vivement qu'on époussette tout ca pour permettre  à nos jeunes de vivre  à 100 %  le XXIéme siécle !

Pour vous dire à quel point nous autres syndicalistes on est frileux on commence même à suggérer d'exclure explicitement le recours au CPE dans la métallurgie.

Les fourmis de 18 métres on les préfére dans les livres pour enfants dans la réalité ca ne nous fait pas forcément sourire.

 

 

 

 

Publié dans Alcatel-Lucent France

Commenter cet article