La CFE-CGC appuie la demande du Président du FCP2AL

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

Jean-Pierre Desbois Président du Conseil de Surveillance du FCP2AL fonds commun de placement en actions ALCATEL-LUCENT des salariés et anciens salariés de ALCATEL-LUCENT a écrit au Président de ALCATEL-LUCENT au sujet du parachuté doré de l'ancienne Directrive Générale :

De : DESBOIS JEAN-PIERRE
Envoyé : lundi 13 octobre 2008 11:47
À : CAMUS PHILIPPE
Objet : Indemnités de départ de madame Patricia Russo

 
Monsieur le Président,

 C'est en tant que président  du conseil de surveillance du Fonds Commun de Placement Actionnariat Alcatel-Lucent - FCP 2AL  que je m'adresse à vous. Les porteurs de parts  du FCP 2AL  qui sont tous des salariés et anciens salariés du groupe,  ont vu en quelques mois s'évanouir plusieurs centaines de millions d'euros de leur épargne investie à 100%  dans  ce fonds composé uniquement d'actions  Alcatel-Lucent Tous sont vraiment scandalisés par la prime de 6 millions d'euros qui doit être attribuée à madame Patricia Russo pour accompagner son départ de notre société.

Vous comprendrez que nous, actionnaires salariés  et anciens salariés , avons le sentiment d'avoir été trompés. En 2006, lors de la présentation du projet de rapprochement  des sociétés Alcatel et Lucent, la Directrice Générale s'était engagée à construire un groupe performant, chiffres à l'appui. Du point de vue de l'actionnaire, l'opération devait être relutive, assurément.   Face à de telles promesses, les actionnaires n'ont pu qu'accorder leur confiance à ce projet de fusion qui devait permettre au groupe de devenir le leader incontesté de son secteur.  

 Malheureusement, deux ans plus tard,  le constat est terrible . Nous avons assisté à une chute incessante du cours de l'action liée, entre autres, à des promesses de résultats non tenues et à des dévalorisations d'actifs, en particulier sur la gamme de produits ex-Lucent dont on ne pouvait soupçonner l'ampleur lors de la présentation du projet de fusion aux actionnaires. On peut donc dire que les promesses de résultat et de croissance qui avaient alors été faites par la Directrice Générale n'ont pas été tenues. 

 Dans ce contexte, aggravé par la crise financière,  je vous demande, au nom des actionnaires salariés et anciens salariés que je représente, de mettre en oeuvre toutes dispositions, y compris éventuellement judiciaires, de nature à remettre en cause la régularité des versements des indemnités devant être effectués en faveur de notre ancienne Directrice Générale, afin d'en interrompre le versement.

 Je vous prie d'agréer, monsieur le Président, l'expression de mes sentiments distingués.

Jean-Pierre DESBOIS

Président du Conseil de Surveillance du FCP 2AL

 


La CFE-CGC majoritaire parmi les élus au conseil de surveillance approuve et soutient cette demande.

Publié dans Groupe Alcatel-Lucent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Richard 13/10/2008 16:36

Permettez moi de vous poser cette question:
Il me semble que les représentants syndicalistes au FCP2AL font tous partis de la CFE-CGC, et que ces derniers ont voté "oui" pour la décision de remise des indemnités (parachute doré) à Mme Russo. Comment justifiez vous cette contradiction avec vos récent appuie à Mr Desbois dans sa démarche de remise en cause de l'attribution des indemnités.
Merci,
Richard simple salarié d'Alcatel-Lucent non syndiqué.

Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent 14/10/2008 09:25



Le vote concernant la résolution définissant les indemnités de départ de Patricia Russo a eu lieu lors de l'assemblée générale des actionnaires qui
s'est tenue en Mai 2007. Les membres élus (CFE-CGC + CFDT) du FCP 2AL ont voté de manière unanime contre cette résolution qui malheureusement a été approuvée à près de 80% des actionnaires
votants.


Par contre en 2008, l'objet du projet de résolution était de mettre les conditions d'obtention de cette indemnité en ligne avec les règles imposées par la loi TEPA,
notamment en introduisant des critères de performance dans le calcul de montant alloué à la prime de départ.


Autrement dit, il devenait difficile pour la Directrice Générale d'obtenir cette indemnité si les résultats n'étaient pas
au rendez-vous. Cette résolution ne s'appliquait qu'à partir de janvier 2009 et n'avait pas d'effet rétroactif sur 2008.


Tous les élus CFE-CGC ont voté pour cette résolution (5 élus). Les 3 élus CFDT ont voté contre.