Les choses sérieuses commençent.

Publié le par Intercentre Alcatel CIT CFE-CGC

La situation à ALCATEL CIT est maintenant claire en terme de problématique pour l'année qui s'ouvre.

Entre la cession d'activités à THALES , la préparation de la fusion ALCATEL-LUCENT et la mise en oeuvre du projet Montaigne l'entreprise est à la limite de ce qu'elle peut gérer en terme de restructuration et de recomposition sans en souffrir sur le plan opérationnel.

On ne redéploie pas son activité de 7 localisations à 2 en région parisienne le tout en gérant la rationalisation des portefeuilles technologiques et les implantations géographiques (  Amérique du Nord, Europe, Inde, Chine ) sans que cela ne demande beaucoup de travail et d'effort.

Cet investissement doit être profitable pour l'entreprise ALCATEL CIT comme pour ses salariés .

La CFE-CGC tiendra le langage de la responsabilité et souhaite avoir des interlocuteurs conscients que poser la réalité des problèmes plutot que de les camoufler c'est commencer à les résoudre.

Pour sortir de la langue de bois le simple maintien des effectifs R&D en France est dans le nouveau paysage un objectif ambitieux. Nous en sommes conscients. La CFE-CGC reconnait aussi que dans les conditions concurentielles des Télécoms de 2006 il est illusoire de ne pas constamment oeuvrer à diminuer ses coûts et accélérer la vitesse de mise sur le marché.

La CFE-CGC peut donc comprendre et accompagner l'adaptation de la R&D effectuée en France mais ce qui doit ABSOLUMENT être modifié est  le nombre et la taille des projets sur lesquels ALCATEL CIT ( et peut-être demain ALCATEL FRANCE ) à une maitrise technologique totale.

Le poids de notre filiale fait de celle-ci de plus en plus l'ensemblier, le systémier  du groupe pour les solutions Télécoms. Il ne faut pas qu'à force de demander aux salariés ALCATEL CIT d'être partout , ils ne se retrouvent nulle part.

Pour illustrer notre propos qu'une partie de la nouvelle offre WIMAX soit développée en Inde en collaboration avec le CDOT est tout à fait compréhensible à la fois pour des raison d'équité vis à vis de ce pays ainsi que pour offir des opportunités d'affaire pour ALCATEL. Mais ce qui parait franchement inquiétant est que la compétence radio profonde est à Stuttgart, en partie en chine ( les chinois n'ayant pas honte d'être nationaliste demandent de la R&D et pondent des normes spécifiques ...)  , et la France en se polarisant sur l'aspect système est en uniquement à la reconstruction d'un pôle radio sur  (excusez) ce qui reste de WTD ...

Certains ingénieurs se rappellent du moment ou l'ORDRE est tombé de la Boétie d'arréter les études orientées radio pour le mobile ( MRD)  en France ... diminution des coûts certes donc partage international du travail , mais la compétence système globale seule est elle suffisante ??

Peut-elle perdurer sans maitrise de certaines technologies brique de base ??

C'est un exemple peut-être . Mais la CFE-CGC en tient une bonne collection à disposition des décideurs , managers ou bien hommes politiques. les routeurs IP ex-Timetra sont bons , parfait nous en sommes ravis mais nous aimerions bien qu'un bout de leur soft ou de leur hard soit développé et maitrisé en France : il n'y a pas d'inaptitude génétique des français au routeur IP et le climat breton n'est pas incompatible avec l'IETF.

La question n'est pas d'empécher ( vision absurde de ligne maginot ) d'empécher un groupe comme ALCATEL d'organiser au mieux sa R&D sur le plan mondial , le problème posé est celui de l'équité entre les pays et celui du maintien de compétence R&D en France.

C'est bien la un enjeu majeur pour l'emploi à ALCATEL CIT . les salariés des sites de province par exemple savent au fond d'eux même qu'être alimentés par des "bouts" de R&D  type ensemblier -service ou de transfert ne donne à leurs sites qu'une visibilité insuffisante.

La CFE-CGC se souvient des discours tenus en CCE par des dirigeants de notre groupe sur la compétitivité relative des centre de R&D. Un discours franc tenu par un étanger qui soupesait Villarceaux par rapport à Chengdhu ou les sites nord américain par rapport à Lannion.

La CFE-CGC en tire la conclusion suivante : la CFE-CGC  saluera les mesures même un peu douloureuses qui ancreront la R&D notamment sur les technologies de base elle dénoncera celles qui viseront à vider ALCATEL CIT de sa substance pour en faire une simple structure commerciale.

 

r

Publié dans Alcatel-Lucent France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article