ALCATEL - LUCENT Une fusion comment ca marche ?

Publié le par Intercentre Alcatel CIT CFE-CGC

La partie "médiatique" et boursiére de la fusion ALCATEL-LUCENT est passée.

Les variation de cours des deux nouveaux partenaires reflétent actuellement leurs derniéres annonces et révisions de résultats trimestriels , l'effet fusion est passé.

Et c'est la que les choses sérieuses commencent. Les décisions et orientations stratégiques sont d'autant plus vagues que le périmètre concerné est vaste . Et la il est mondial.

La consolidation était nécessaire dans notre industrie .  Celle la est est effectivement une qui avait du sens en raisnon de al complétarité géographique notamment, les remarques sur la faiblesse en part de marché UMTS de la nouvelle entité étant à relativiser au regard de l'évolution de ce marché.

Le rite des fusions comporte des sacrifices humains , en bon primitifs les analystes fianciers exigent des suppressions de poste. Le chiffre de 8800 a été laché , 10 % au niveau mondial.

Lorsque réfléchit deux secondes on s'aapercoit et c'est trés rassurant que l'on ne gére pas une telle fusion sur la base de ratio mécanique mais avec des objectifs opérationnels :

  • rationalisation des portefeuille sde technologie
  • diminution des coûts de structure pour la nouvelle entité
  • conservation et extension du portefeuille de clients.

Or et avec beaucoup de précaution certains signes nous incitent à un optimisme lucide en FRANCE :

  • les entités françaises ont déja enclenché leur processus de diminution de coût des staucutres et de façon ambitieuse.
  • les doublons de portefeuille technologiques  sont trés rares entre LUCENT et ALCATEL FRANCE
  • Notre chairman a clairement dit que de facon "vu d'avion"  c'est LUCENT qui absorbe ALCATEL en Amérique du Nord et ALCATEL qui absorbe LUCENT en France.

Pour ce qui est de CIT  les premiers effets sur les effectifs d'éventuelle décision liées à la décision ne sont pas à attendre avant la fin 2006. La CFE-CGC reste d'un optimisme lucide : les équipes de ALCATEL CIT sont en mesure de démontrer qu'elles sont utiles au nouvel ensemble et en capacité de s'aligner sur les exigences de réactivité et de coût de celui-ci.

La nomination d'un responsable de mission fusion coté ALCATEL est le signal du départ de l'analyse business détaillée des conséquences de la fusion. Toutes les BDs et BUs vont être passées au crible des obbjectifs de la fusion entre aujourd'hui et le closing. La CFE-CGC vous propose de mener en parralélle notre propre analyse  des redondances en R&D et des gains attendus par telle ou telle décision. ceci non pas pour codiriger le groupe , ce n'est pas notre ambition , mais pour anticiper les conséquences des décisions rationelles sur le plan social et empécher que les autres ne soient prises.

La CFE-CGC est persuadé et peut démontrer qu'en défendant l'emploi à ALCATEL CIT dans le cadre de cette fusion elle défendra en fait l'intérêt des actionnaires et du groupe : la fusion offre de réelles opportunités d'économie et de développement qui ne pouront être saisi qu'en conservant le caractére d'équipementier généraliste et en conservant à ALCATEL son caractère véritablement multinational.

Nos amis américains vont découvrir si ils l'ignorent que le culte de l'efficacité dans le monde des Télécoms a depuis longtemps franchi l'Atlantique comme le Pacifique. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Alcatel-Lucent France

Commenter cet article