Gérer les évolutions de la filière équipementier Télécom

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

Monsieur le Ministre de L'industrie Christian Estrosi a décidé de se pencher sur  le dossier ALCATEL-LUCENT et plus généralement donc de la filière équipementier Télécom en France.

La CFE-CGC le remercie pour sa réaction rapide et adaptée. En effet ce que la CFE-CGC veut éviter  c'est le pourissement des situations économiques et sociales qui conduit à la fois aux scénarios "à la bonbonne de gaz" et à l'appauvrissement technologique du territoire national.

La CFE-CGC n'est pas et n'a jamais été dans la caricature. Nous ne disons pas que la concurrence chinoise n'existe pas , nous ne disons pas que les marges dans les Télécoms en 2009 sont celles qui existaient en 2000. Ce que la CFE-CGC demande c'est la gestion des évolutions dans la durée et de façon responsable.

Il y a pour la CFE-CGC la nécessité de mettre en place une instance de dialogue tripartite entre les partenaires sociaux et les pouvoirs publics  sous l'égide du Ministère de l'Industrie qui devra travailler sur deux volets :
  • Un volet social ou la CFE-CGC a des revendications précises qu'elle va soumettre au débat dans l'Intersyndicale ALCATEL-LUCENT et qui devrait se discuter au niveau des fédérations de la métallurgie avec notamment :
  • adaptation des dispositifs de fin de carrière
  • interdiction du recours de l'article 1224 du codu travail  à des fins d'externalisation de plans sociaux
  • construction de passerelle vers d'autre filières exportatrices ou technologiques
  • Un volet INDUSTRIEL
    • implantation ou extension en France des technologies clés des Télécoms 2009
    • déblocage des investissements d'infrastructure Télécom en France ( notamment FTTH)
Nous en sommes effectivement à une situation paradoxale ou l'incertitude réglementaire dans le secteur fait de l'attentisme la politique la plus avisée pour les opérateurs Télécoms nationaux.  Un effet pro-cyclique dévastateur.
  • Une analyse des termes de l'échange : la compétition est faussée par des aides massives de l'état chinois.
A ce stade en conclusion nous renouvellons nos remeciements au Ministre c'est bien en cherchant des solutions en amont a des problémes réels plutot qu'en les niant  qu'on évitera d'en arriver à des fermetures de sites de R&D et aux situations de désepoir qu'elles engendrent.









Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kissej 24/07/2009 16:10

On était des Cater des Conti et même des Alcatels
On s’prenait pour la crème presque pour des bourgeois
On disait « Mon banquier » et on roulait notre caisse
L’hiver à Val Thorens
On se disait : pas chez nous les usines qui ferment
C’était bon pour les cons qu’étaient pas syndiqués
Pour ceux qui fabriquaient sans valeur ajoutée

On se posait pas de questions dans les galeries marchandes
Quand on achetait de la marque qu’était plus fabriquée
Dans de petites contrées ou de tristes ouvrières
Qui ne savaient même pas ce qu’est un treizième mois
Qui n’avaient pas de CE et de chèques vacances
SE retrouvaient au chômage et s’en venaient brailler le soir sur TF1
ca ! ca ne risquait pas de nous arriver…

Nous on allait bouffer nos jours de RTT contempler les niaquoués
En s’en voir pour de vrai ce qu’était la pauvreté
Cracher du CO2 sur les vols longs courrier
On était des Cater des Conti et même des Alcatels

Et nous vl’a bien baisés, on va aussi y aller apprendre a faire la queue
Pour voir un conseiller et faire des CV
Plus de belle caisse, bien finie l’arrogance..
Aussi con que les autres avec notre culture à deux balles
Le foot à la télé, qu’on commente au boulot
Les grands prix formule 1 qu’on suivait le Dimanche
Tout ça c’est bien fini

Devant les caméras on fait moins les farauds
On ira chez LIDL et au restau du cœur
Faudra aussi qu’on rende nos jolis téléphones
On va grossir un peu à bouffer sucré gras
On était des Cater des Conti et même des Alcatels