L'emploi des seniors.

Publié le par Intercentre Alcatel CIT CFE-CGC

Malheureusement les salariés ALCATEL CIT  et leurs représentants ont une grande expérience des restructurations et de leur traduction les PSE : les plans sociaux en bon français.

Reconnaissons le , et nous pouvons d'autant plus le faire que la CFE-CGC pour des raison de fond tenant à l'emploi R&D en France et aux conséquences pour les salariés restant dans l'entreprise n'a pas signé les accords d'accompagnement en 2004, les plans sociaux à ALCATEL CIT se sont toujours déroulés de façon responsable et en mettant des moyens en place. Nous ne disons pas que cela fut agréable et que des collégues n'ont pas été traumatisés mais il faut savoir comparer la situation au  contexte social général en France.

Une des éternelles martingales pour essayer de réaliser les réductions d'effectifs sans trop de problèmes sociaux c'était les "mesures d'âge" . La société Française en général achetait la paix sociale et se masquait la destruction de son tissu industriel par des départs massifs anticipés.

La problématique du déséquilibre des retraites confronté à une démographie impossible à récuser est venu lentement bouleverser cette solution.   Lentement car comment ne pas se souvenir qu'au moment même ou tous les partenaires sociaux (  à l'exception de ceux qui désertent constamment le champ de la réalité) commencait à expliquer la nécessité de travailler plus longtemps, au moins d'essayer d'aller jusqu'à 60 ans ALCATEL CIT à mis en oeuvre un système de préretraite à 53 ans ...

Evidemment comment ne pas s'en féliciter pour les intéréssés ?  En sécurité , ne risquant plus le licenciement ( comme aux petits chevaux quand on a atteint la fin du parcours ) , augmentés mêmes les années ou les ingénieurs et cadres ALCATEL avaient 0 % , retrouvant parfois jusqu' à 100% de leur revenu disponible compte-tenu des effets fiscaux et sociaux ( la France n'aime pas le travail , elle le taxe) . Oui c'est vrai, en tant que syndicalistes nous nous sommes fait injurier pour ne pas avoir applaudi à la mise en oeuvre de cette solution et l'avons payé électoralement.

La CFE-CGC connait bien les préretraites. Par exemple  pour avoir mis en oeuvre à ALCATEL CIT, seule car à l'époque les accords majoritaires n'étaient pas la régle et les syndicats pouvaient assumer une responsabilité de signature par rapport au fond des textes, à CIT le CFC un systéme qui lui assurait également aux ingénieurs payés correctement un maintien de leur pouvoir d'achat.

Le contexte 2006 est complétement différent , le plan emploi-senior du gouvernement malgré les approximations habituelles des intitiatives de Monsieur  Borloo donne des indications en ce sens .

Ce plan  comporte 5 objectifs se déclinant en action on y trouve notamment :

Action n°10 : Limiter le recours aux cessations totales anticipées d’activité.
ce qui se décline par des sanctions financières pour les dispositifs de ce type donc un surcoût
.

Action n°11 : Mettre un terme aux accords abaissant l’âge de mise à la retraite d’office

La liste des objectifs et des actions est instructive dans le contexte ALCATEL CIT :

Objectif 1 : Faire évoluer les représentations socioculturelles
Action n°1 : Informer un large public sur les atouts de l’expérience des seniors
Action n°2 : Sensibiliser les entreprises à la gestion des âges, à l’accès ou au maintien dans l’emploi des seniors
Action n°3 : Renforcer et mieux coordonner l’observation, notamment des bonnes pratiques, en matière d’emploi des seniors
Action n°4 : Mobiliser l’ensemble des acteurs de la recherche sur l’enjeu de l’âge au travail

Autant de thémes pour lesquels une communication grand public ET des instructions au DDTE ont ét mises en place.


Objectif 2 :Favoriser le maintien dans l’emploi des seniors
Action n°5 : Généraliser la pratique des entretiens de deuxième partie de carrière et des bilans de compétences  

Action n°6 : Développer les nouveaux outils de la formation professionnelle à destination des seniors Action n°7 : Déployer une politique contractuelle favorable aux seniors

Action n°8 : Accompagner et amplifier le développement des accords de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, en particulier dans les petites et moyennes entreprises (PME)
Action n°9 : Améliorer les outils de pilotage de la politique de formation professionnelle
Action n°10 : Limiter le recours aux cessations totales anticipées d’activité 

Action n°11 : Mettre un terme aux accords abaissant l’âge de mise à la retraite d’office

Action n°12 : Développer les actions de prévention pour faciliter le maintien en activité des seniors


Tous ces points d'action témoignent de la volonté d'éviter les départs avant 60 ans et même après théoriquement.... cela heurte frontalement la tradition ALCATEL CIT .  La mise en pratique  en 2007 devra nécessairement en tenir compte.


Objectif 3 : Favoriser le retour à l’emploi des seniors
Action n°15 : Accroître l’offre de service de l’ Agence nationale pour l’emploi (ANPE) en direction des seniors
Action n°16 : Développer l’offre de service du service public de l’emploi en matière de qualification professionnelle
Action n°17 : Mobiliser les contrats aidés, en particulier le contrat initiative emploi, en faveur de l’emploi des seniors
Action n°18 : Refuser la discrimination par l’âge lors du recrutement
Action n°19 : Supprimer les freins à l’emploi liés à la contribution Delalande
Action n°20 : Adapter le recours aux contrats à durée déterminée à partir de 57 ans
Action n°21 : Encourager la création et la reprise d’entreprise
Action n°22 : Développer les nouvelles formes d’emploi
Action n°23 : Renforcer l’aide dégressive à l’employeur pour l’embauche de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans
Action n°24 : Mettre en place des mécanismes d’intéressement à la reprise d’activité favorables pour les
demandeurs d’emploi de plus de 50 ans

Dans notre contexte ALCATEL CIT cela laisse réveur, vu nos pyramides d'âge actuelles et nos métiers ( on travaille à l'export dans la hi-tech) et nous allons avoir beaucoup de mal à garder nos 53-55 ans alors au-dela cela parait peu réaliste : il va pourtant falloir s'adapter !

 Il faut noter que la disparition de la contribution DELALANDE ( qui cré une imbécile répugnance à embaucher après 48 ans) se fera  en deux temps et ne devrait pas impacter les comportements en 2007-2008 .

Objectif 4 : Aménager les fins de carrière
Action n°25 : Développer la pratique du tutorat dans l’entreprise
Action n°26 : Anticiper le déroulement de la fin de carrière
Action n°27 : Passer à temps partiel tout en continuant à cotiser pleinement pour la retraite
Action n°28 : Utiliser le compte épargne temps pour aménager la fin de carrière
Action n°29 : Promouvoir la retraite progressive
Action n°30 : Renforcer le caractère incitatif de la surcote
Action n°31 : Élargir les possibilités de cumul emploi retraite pour les bas salaires

C'est la que l'on pourrait s'ouvrir  un champ de négociation ( GPEC ? ) qui va dans le sens de l'histoire, malheureusement force est de constater que CIT n' a jamais mis en place de CET , n'a jamais fait du tutorat, seule l'action 27 a été mise en oeuvre dans les PSE précédents.

Objectif 5 : Assurer un suivi tripartite dans la durée

Cette analyse rapide du contexte national et de son évolution confirme ce que d'autres organisations syndicales ont écrit par ailleurs : les mesures d'âge ne constitueront pas cette fois -ci l'essentiel de la solution au probléme posé par la restructuration.

La CFE-CGC constate que cela va dans le sens de plus de cohérence , que cela devrait éviter une hémorragie dans les établissements de Province mais rend la gestion sociale de la restructration encore plus délicate et cruciale pour ALCATEL-LUCENT et ses salariés.

 

 

 

 

 

Publié dans Alcatel-Lucent France

Commenter cet article

dsc_cit 15/12/2006 15:42

Difficile de comprendre votre commentaire un petit peu cryptique.
Mais oui nous ne dirigeons pas ALCATEL CIT si c\\\'est le sens de la question.
La CFE-CGC n\\\'envisage pas les instances représentatives du personnel comme des organes de gestion , type soviet .
La co-gestion même à l\\\'allemande ou en europe du Nord n\\\'intervient que pour la partie sociale ( type systéme d\\\'allocations chomage ou sécurisation parcours multi-employeur ).
Mais la CFE-CGC ne rentre pas non plus dans la catégorie "autruche" , quant au tartuffes nous avons trouvé nos maitres !
allez l\\\'essentiel c\\\'est l\\\'avenir des sites et l\\\'avenir individuel des salariés.
Bon week-end.
 
 
 
 
 

Intercentre Alcatel CIT CFE-CGC 15/12/2006 23:38

en résumé oui il va y avoir des supressions d'emploi. Non nous n'en sommes pas les co-dédideurs. oui nous ferons tout pour en  diminuer le nombre et en minimiser les conséquences pour les salariés ALCATEL CIT.

Jean-Noël ROUAULT 14/12/2006 13:45

.... Le message ci-dessus m'interpelle quelque part.
Est-ce à dire que la CFE-CGC prépare DEJA le terrain pour mieux faire passer PROCHAINEMENT le message suivant:
" Finalement nous acceptons, A L'INSU DE NOTRE PLEIN GRE, d'assumer les très lourdes conséquences de décisions dont nous ne sommes pas partie prenante ? "
 
 

dsc_cit 13/12/2006 10:05

Votre point de vue est tout à fait justifié et c'est bien d'ailleurs le raisonnement qui a conduit à la mise en place pendant des années de dispositifs type FNE , CASA , et bienveillance des pouvoirs poublics sur des systèmes de préretraite ad-hoc.
Le phénoméne nouveau est que globalement le financement de tels dispositifs devient problématiqe, ceci  à cause de la démoraphie et du caractère massif et systématique du recours à ces solutions : combien de départ en retraite fêtons nous chaque année ...?
D'autre part même si on supposait que 100% des salariés pouvant éventuellement rentrer dans un tel dipositifi à ALCATEL CIT le faisait ( ce qui est douteux car il reste des salariés qui veulent travailler et ont des chares de famille ( deux familles parfois !)  eh bien ca ne suffiriat pas à atteindre les chiffres que nous lison dans les tracts.
D'autre part la question du coût de ces dispositifs est aussi sur la table.
comprenez bien que décrire une situation ne correpond pas à prendre des décisions : les organisations syndicales gérent du mieux possible les conséquences de mécanismes économiques qu'elles ne décident pas.
 
 
 
 

jean-françois POULLEAU 13/12/2006 09:20

Dans le cadre de réduction d’effectifs, ne vaut-il pas mieux mettre en retraite anticipée, basé sur le volontariat, un senior qui à une situation établie, plus d’enfant à charge, plus de crédit à la consommation. Sachant que la majeur partie des indemnités et des cotisations restantes seront assumées par l’entreprise.
 

Plutôt qu’un jeune ou un 35-45, qui a une famille à charge, qui est en cours d’acquisition de son habitat, et qui aura de fortes chances de se retrouver au chômage avec tous les conséquences humaines et matériels que cela va engendrer, qui pour certains pourront même être dramatiques. Et dans ce schéma, cette personne sera entièrement à la charge de la société.
 

Ou je n’ai pas tout compris (en particulier l’action N°10) ou l’intérêt d’un tel plan est ailleurs.