Les CCE des 22 et 23 Mai et les commentaires

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent France

Notre site est ouvert aux commentaires, prises de positions même différentes des notres  : cela nous paraît une évidence en tant qu'organisation démocratique et ouverte au dialogue.
Ce n'est pas le cas partout.

C'est pourquoi les deux commentaires à notre article précédent ( que je vous invite à lire )  nous paraissent mériter une réponse.

La CFE-CGC a joué et jouera son rôle de modérateur dans le dialogue social ALCATEL LUCENT FRANCE. Elle a décidé de le faire au sein de L'Intersyndicale en discutant en son sein ,  par exemple sur les différences quant aux modalités d'action que souligne l'un des commentaires.
La CFE-CGC rapelle aussi que les loi de modernisation sociale ont profondemment modifié l'esprit des accords , d'accompagnement ou autre. Réclamer la prise en compte du fait majoritaire à pour effet de bord de ne pas pouvoir se défausser de ses responsabilités sur les autres.

Nous avons pris nos positions de façon indépendante mais respectueux des poids électoraux respectifs.  Cela était pour le moins nécessaire dans la légitime première phase de protestation. La CFE-CGC suara aussi prendre ses responsabilités de façon autonome si ile faut.

Comment voyons nous les choses ? Les CCE des 22 et 23 Mai semblent bien être une réalité.
Il faut maintenant savoir que l'intervalle pour la négociation sera court mais qu'il existe toujours.

La CFE-CGC savait bien fin 2006 en voyant le calendrier du (probable) PSE se rapprocher du calendrier électoral que l'on aurait un effet de report . La CFE-CGC a essayé d'utiliser le temps écoulé entre la mi-février et le deuxième tour des élections présidentielles pour  modifier les données de ce PSE.
Avec des fortunes diverses pour le moment.

D'une part notre Direction générale a changé  et  pratique un dialogue social différent , parfois trés rude ou trop habile. D'autre part il y avait   ( et il y a) une contradiction entre les exigences d'équilibre de sites et  de leur pérennité et la logique purement économique de certaines activités.

La CFE-CGC a dés fin Mars rendu publiques des contre-propostions, se refusant à les chiffrer trop précisement pour laisser une latitude de manoeuvre à la négociation. La différence des positions entre la Direction Générale et  celles de l'Intersyndicale on fait que les discussions se sont ensuite enlisées .

La bonne surprise sur le plan national est le début d'une véritable prise de conscience de la nécessité d'une POLITIQUE INDUSTRIELLE Télécom européenne qui va déboucher sur des actions concrètes. Malheureusement et la CFE-CGC en est consciente le temps nécessaire à leur mise en application ne contribuera que partiellement à  diminuer le nombre des suppressions d'emploi dans le cadre de ce PSE.

Mais comme nous l'écrivions dans l'article précédent , le 9 Mai au matin le paysage sera beaucoup plus clair. D'autant plus clair que la Direction a pris la responsabilité de convoquer un CCE , un comité de groupe France et un comité de groupe européen. Elle choisit donc d'avancer  "perinde ad cadaver".

Il ne nous surprendrait pas que des Ministres de La stratégie industrielle ou du Travail fraichement nommés s'intéressent aux conséquences du PSE ALCATEL-LUCENT tant sur le plan industriel ( ou des activités ) que sociales.
Le Pays "Fabless" ou "R&D less" ca ne tente plus grand monde en 2007 , on a vu ce que ca donnait  la politique des portes ouvertes et de la braderie globalisée.

Bref nous reconnaissons n'avoir atteint que trés partiellement nos objectifs mais la CFE-CGC va continuer à agir pour minimiser les conséquences du PSE et donner un avenir à ALF .
Nous allons revenir devant les salariés rapidemment pour en débattre.

Voila ce que la CFE-CGC peut dire pour le moment.

Publié dans Alcatel-Lucent France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article