AGIRC et ARRCO : comprendre les enjeux !

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

Nous publions ci-dessous 2 communiqués de la Confédération CFE-CGC qui permettent de remettre les  pendules à l'heure, face au MEDEF et à la CFDT qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

 

_______________________________________________________________________________________________

Communiqué de presse du 21 mars 2011

 

AGIRC/ARRCO

Un projet inacceptable

 

 

La négociation de la retraite complémentaire avait pour objectif de trouver un financement à hauteur de 43,6 milliards d’euros cumulés à l’horizon 2030.

 

L’accord proposé à notre signature n’en promet qu’un milliard…

 

En fait, l’analyse détaillée du projet d’accord révèle la tentative d’un transfert entre la retraite cadres et la retraite non-cadres, en spoliant les retraités de l’encadrement de 5 milliards d’euros !

 

C’est la mort du modèle social solidaire au profit des contrats individuels privés…

 

Qui peut consciemment signer un tel accord qui ne règle en rien le problème de financement de la retraite complémentaire, et conduit à appauvrir la future retraite des salariés, particulièrement celle de l’encadrement ?

 

Certainement pas la CFE-CGC ! 

 

 

_______________________________________________________________________________________________

Communiqué de presse du 29 mars 2011

 

Retraite complémentaire

La CFE-CGC ne signe pas l’accord et s’oppose !

 

 

Le besoin de financement de la retraite complémentaire AGIRC/ARRCO se situe encore à près de 45 milliards d’euros cumulés en 2030, une fois pris en compte l’allongement des bornes d’âge de départ à la retraite à 62 et 67 ans qui rapporte 74 milliards. Les tenants du projet d’accord n’en proposent que… 700 millions, en promettant de se revoir en 2013 pour faire le point ! Nous sommes loin de l’accord équilibré promis qui, en l’état, ne résout pas la question du financement mais spolie les classes moyennes.

 

De qui se moque-t-on ? Deux sources de financement existent : le capitalisme financier et les prélèvements sur les classes moyennes. Les tenants de la signature préfèrent continuer à tondre les seconds !

 

Le financement du régime cadres AGIRC fait les frais du dogme égalitariste qui rapproche étrangement la CFDT du MEDEF, tous deux la tête dans le sable pour ne pas voir les conséquences de leurs choix à moyen et long terme.

 

La CFE-CGC ne peut pas et ne veut pas signer la mort de l’AGIRC dont ont besoin les personnels d’encadrement pour s’assurer une retraite digne de ce nom.

 

La CFE-CGC est prête à exercer son droit d’opposition et appelle deux autres organisations syndicales à la rejoindre.

Publié dans Retraite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc CHAMBIN 19/04/2011 20:49


C'est étonnant comme on trouve facilement le son de cloche du Medef.
Par contre silence radio sur ce qui se passe réellement, y compris dans "Horizons, le magazine d'informations des retraités Abelio et Altea" que je viens de recevoir.
Je me doutais qu'ils allaient essayer de syphoner les caisses de l'AGIRC.
Qu'en est t'il d'essayer de payer par trimestre au lieu de par mois ce qui pourrait voler les retraités de plus d'un mois de retraite.
Tenez moi au courant.