Alcatel-Lucent en danger de mort en Europe et en France !

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

La CFE-CGC en appelle aux pouvoirs publics

 

 

 

Manif-1-Bercy13-11-12

Le 13 novembre dernier les militants CFE-CGC Alcatel-Lucent manifestaient devant Bercy. Ils avaient revêtu la marinière d’ Arnaud Montebourg afin de rappeler au Ministre ses engagements en faveur du « made in France » .

 

La nouvelle stratégie du Groupe vise à privilégier les USA et la Chine au détriment de l’ Europe.

De plus la stratégie commerciale dans la région EMEA, en décidant d’abandonner une partie des "petits" clients et de contraindre l’autre partie à passer par des canaux de distribution, va entrainer  d’ici un an une nouvelle baisse très significative du chiffre d’affaires qui pourrait, dans la logique actuelle du Groupe, se traduire par un nouveau PSE encore plus violent que celui en cours. Au-delà des déclarations volontaristes du Ministre en faveur de la filière Télécoms, la CFE-CGC  veut maintenant des décisions concrètes et immédiates pour sauver l’industrie française des Télécoms.

 

Nos revendications immédiates


Afin de pouvoir peser sur les décisions stratégiques du Groupe, nous demandons à l’ Etat :

*     D’entrer, via l’un de ses bras armés, significativement dans le capital du Groupe dans la limite de 25% .  Dans cette hypothèse, nos clients américains devront cependant recevoir l’assurance que nos engagement vis-à-vis d’eux seront  intégralement respectés.

*     Et/Ou  de sécuriser le financement  du Groupe  pour lui permettre de retrouver l’accès au marché bancaire à des conditions acceptables. Ce que l’ Etat a fait pour PSA , il doit le faire pour Alcatel-Lucent. Bien entendu des contreparties sur l’emploi en France et sur les priorités R&D devront être exigées.

 

Par ailleurs nous demandons au gouvernement d’exiger des comptes de la part de la direction générale du Groupe sur le crédit impôt recherche (CIR). Il est inadmissible que le Groupe, dont la R&D en France est très largement subventionnée par le CIR, se permette de licencier 366 salariés R&D chez Alcatel-Lucent France, même si, comme l’affirme la direction,  ces salariés ne relèvent pas des conditions d’attribution du CIR.

 


Nos revendications à court terme

 

*       Sur l’accélération de la mise en œuvre de la 4G en France et en Europe

Le gouvernement doit intervenir auprès  de ses partenaires européens, des régulateurs et des opérateurs afin d’ obtenir l’accélération de la mise en œuvre de la 4G en Europe. Des mesures financières incitatives et des dispositions réglementaires ad-hoc devront être prises afin de faciliter cette accélération.

 

*     Sur la régulation des Télécoms en France et en Europe :

Il est indispensable de recadrer et de redéfinir les missions de l’ARCEP et des autres régulateurs européens : la diminution du prix pour les consommateurs ne doit plus être l’unique objectif. La pérennité de l’industrie européenne des Télécoms et la sauvegarde  de l’emploi dans la filière Télécoms doivent devenir des objectifs d’ égale priorité.

 

*            Sur l’accès équitable au marché européen et sur la cyberdéfense.
Les équipementiers Chinois pratiquent une concurrence déloyale en Europe basée sur un dumping tous azimuts : économique, social et environnemental.  La Commission Européenne doit prendre des mesures pour garantir un accès équitable de tous les fournisseurs au marché européen, à fortiori pour les équipementiers européens.  

Par ailleurs, s’agissant de réseaux télécoms, d’autres paramètres doivent être pris en compte comme la sécurité et les impératifs de défense. C’est ainsi que les USA ont sélectionné pour leurs équipements de coeur de réseau des fournisseurs leur offrant toutes les garanties de ce point de vue, ce qui de fait a exclu les équipementiers Chinois.

L’ Australie et le Canada  ont ensuite emboité le pas aux Américains. Pourquoi l’ Europe, ou à défaut  la France et deux ou trois autres grands pays  dans un 1er temps , ne pourrait t’elle pas faire de même ?

A cet égard nous demandons au gouvernement  de mettre en oeuvre les propositions  du récent rapport du sénateur Bockel sur la cyberdéfense. La présence de certains équipements, notamment Chinois, dans les réseaux constitue un réel danger pour la sécurité de la France et de l’ Europe, contre lequel il faut impérativement se protéger.

 

*     Sur l’attribution future des fréquences en téléphonie mobile en France

Les bandes de fréquences font partie du patrimoine national. Il est donc légitime d’exiger au niveau des conditions d’attribution des licences des contreparties sur l’emploi pour l’ensemble des acteurs de la filière Télécoms en France, y compris les équipementiers.

 

*        Sur les priorités des aides publiques en France

Nous demandons au gouvernement de  rediriger une partie du grand emprunt, des financements d’Oséo et de la nouvelle Banque Publique d’Investissement vers des investissements dans les réseaux chez les opérateurs, et assortir ces plans d’un engagement à se fournir chez ALU.

Les traités de l’ OMC et les directives de l’ UE doivent être interprétées avec discernement. Certains pays et zones géographiques concurrentes ne s’ en privent pas afin de soutenir  leur industrie locale. Pourquoi la France ne fait elle pas de même ?

 

Pour que l’ensemble de ces propositions  à court terme ait des effets sur la santé économique d’ Alcatel-Lucent  avant qu’il ne soit trop tard , il est nécessaire de les initialiser dès maintenant.

C’est aujourd’hui que les décisions doivent être prises. Demain il sera trop tard !

 

 

 

Publié dans Groupe Alcatel-Lucent

Commenter cet article