Fleur Pellerin recevra les syndicats d'Alcatel-Lucent le 4 septembre

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

 

Une délégation intersyndicale d’ Alcatel-Lucent va rencontrer le 4 septembre à Bercy Mme Fleur Pellerin, Ministre chargée notamment de l’ économie numérique auprès d’Arnaud Montebourg. Cette rencontre fait suite à l’annonce le 26 juillet de la suppression de 5000 emplois dans le monde chez Alcatel-Lucent.

La CFE-CGC entend défendre  4 propositions auprès de  Mme Pellerin :

  • sur le crédit impôt recherche
  • sur la régulation des télécoms
  • sur l’attribution future des fréquences de téléphonie mobile
  • sur la protection des équipementiers européens

 

Voici le détail de ces propositions :

 

        Sur le Crédit Impôt Recherche (CIR)

Le gouvernement Ayrault souhaite redéfinir le dispositif CIR afin de  l’orienter davantage vers les PME et de restreindre l’effet d’aubaine pour les grands groupes. Pour Alcatel-Lucent le CIR n’est pas un effet d’aubaine : c’est au contraire la principale condition du maintien d’une R&D significative en France. Sinon, malgré la qualité du travail des ingénieurs français, le risque est grand de voir notre R&D délocalisée dans  des pays à bas coûts. Si nous comprenons les préoccupations du gouvernement concernant les PME, nous demandons à ce que le redéploiement du CIR envisagé par le gouvernement en faveur des PME bénéficie aussi aux entreprises en difficulté financière durable quelque soit leur taille. Bien entendu des critères objectifs devront être définis pour caractériser cette catégorie d’entreprises.

 


     Sur la régulation des Télécoms :

Il est indispensable de redéfinir les missions de l’ ARCEP et des autres régulateurs européens : la diminution du prix pour les consommateurs ne doit plus être l’unique objectif. La pérennité de l’industrie européenne des Télécoms et la sauvegarde  de l’emploi dans la filière Télécoms doivent devenir des objectifs au moins aussi importants.

 

  Sur l’attribution future des fréquences en téléphonie mobile

Les bandes de fréquences font partie du patrimoine national. Il est donc légitime d’exiger au niveau des conditions d’attribution des licences des contre-parties sur l’emploi pour l’ensemble des acteurs de la filière Télécoms en France, y compris les équipementiers

 

    Sur la protection des équipementiers européens
Les équipementiers Chinois pratiquent une concurrence déloyale en Europe basée sur un dumping tous azimuts : économique, social et environnemental.  La Commission Européenne doit prendre des mesures pour protéger les équipementiers européens, mais elle doit le faire intelligemment, afin de nous éviter des mesures de rétorsion sur le marché Chinois. Contrairement à ce que certains avancent, ce n’est pas mission impossible : les USA ont bien réussi à interdire l’accès à leur marché aux équipementiers Chinois en mettant en avant des impératifs de sécurité nationale et il n’ y a pas eu de mesure de rétorsion sur le marché Chinois d’ ALU, équipementier franco-américain
A cet égard le récent rapport du sénateur Bockel sur la cyberdéfense fournit des réflexions très intéressantes, que nous demandons au gouvernement d’étudier.

Publié dans Groupe Alcatel-Lucent

Commenter cet article