Jim récidive....ou suite de l'article précédant

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

Jim Cocito a annoncé hier une autre formation électronique  intitulée "module anti-corruption" obligatoire pour "tous les salariés qui interagissent directement ou indirectement avec des tiers extérieurs Alcatel-Lucent."
Il termine son annonce par la recommandation suivante : "Signaler si vous avez le moindre doute ou si vous suspectez ou observez des violations potentielles de la loi ou de la politique de l'entreprise. Parlez à votre supérieur, à un autre membre de votre hiérarchie, ou utilisez les méthodes de signalement de problèmes de conformité approuvées par le Groupe".

 

Décidément l'incitation à la délation des collègues c'est devenu une véritable obsession chez lui. Il franchit cette fois-ci un pas supplémentaire : le "moindre doute" doit provoquer un signalement.

 

Non décidément la France ce n'est pas les Etats-Unis.
Si la CFE-CGC estime que la lutte contre la corruption est une nécessité, elle estime aussi qu'il  y a d'autres moyens que de transformer l'entreprise en un vaste lieu de suspicion et de délation généralisé sur la base du "moindre doute" ou de la "violation potentielle".

 

Puisque Jim récidive, nous aussi nous allons récidiver :

La CFE-CGC comprend parfaitement que certains salariés français refuseront de valider une formation, qui encourage de telles pratiques.
Pour cette formation, comme pour toutes celles du même acabit liées au "code de bonne conduite", la CFE-CGC s'en tient à la position définie en commun par les organisations syndicales françaises d'ALU en septembre 2009 : dans tous les cas, le salarié n’a rien à valider, mais doit connaître le contenu de la formation.

Publié dans Groupe Alcatel-Lucent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article