La mascarade des négociations salariales chez Alcatel-Lucent en France

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

 

Alors que les "négociations" salariales étaient en cours dans les différentes filiales françaises,  la DRH du Groupe envoyait le 31 janvier 2012 à l’ensemble des salariés un message intitulé "Point sur la rémunération » où elle annonce « Notamment, il a été décidé de limiter les augmentations de salaires aux seuls pays où elles sont obligatoires de par la loi ou les accords collectifs (au minimum requis) ou dans certains cas très exceptionnels ».

 

Il y a en effet des pays où le maintien du pouvoir d'achat est garanti par la législation et d'autres pays où le patronat pratique le dialogue social et accepte de négocier et de signer des accords de branche garantissant des augmentations minimums.
En France
, rien de tout cela! Le Code du Travail prévoit cependant des" négociations annuelles obligatoires" dans les entreprises encadrées par une procédure assez stricte mais sans obligation d'aboutir. Par ailleurs la jurisprudence exige que les négociations collectives soient loyales et sérieuses. Et bien chez Alcatel-Lucent en France, ces dispositions minimalistes ne sont mêmes pas respectées.

Cela fait plusieurs années que cela dure malgré les mises en garde répétées des organisations syndicales. Cette fois-ci, la coupe est pleine. L' Intersyndicale Groupe CFDT / CFE-CGC /CGT a décidé d'écrire un courrier officiel à la DRH Groupe avec copie à l'Inspection du Travail afin de faire cesser ces pratiques.

 

La DRH France avait ouvert des discussions en décembre 2011 sur le "Dialogue social 2.0". Plutôt que de nous distraire avec des gadgets technologiques tels que Engage, elle serait bien inspirée de revenir aux fondamentaux du dialogue social.

Pour la CFE-CGC, ces fondamentaux sont au nombre de 3 :

- le respect de la législation du travail

- le respect des salariés et de leurs représentants

- la loyauté et le sérieux dans les négociations.

 


Publié dans Groupe Alcatel-Lucent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article