Les retraites AGIRC et ARRCO en DANGER !!

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

Des négociations se sont ouvertes le 25 novembre 2010 entre les partenaires sociaux sur l'avenir des régimes de retraite complémentaire ARRCO (tous les salariés) et AGIRC (cadres). Ces négociations se sont déroulées sous très haute tension et se sont terminées dans la confusion et la déception le 18 mars 2011.

 

Il  s'agissait  pourtant de négociations cruciales pour les salariés du privé, les retraites complémentaires représentant en moyenne 40% du montant des retraites des non-cadres et  60% de celui  des cadres.

 

Pour pérenniser le  financement et maintenir le niveau des retraites  complémentaires, les confédérations  CFE-CGC, CGT, FO et CFTC se sont battues jusqu ‘au bout pour obtenir  une augmentation des cotisations, seule solution viable  pour stopper  à long terme la baisse des rendements

Tout au long des négociations, le MEDEF est resté inflexible sur toute augmentation des cotisations avec le soutien tacite de la CFDT. L’intransigeance du MEDEF  aura pour conséquence une baisse inéxorable du montant des retraites complémentaires.

 

L’ avenir s’annonce encore plus menaçant pour les cadres,  le MEDEF et la CFDT voulant une convergence de l’AGIRC et de l’ARRCO, qui débouchera à terme sur une fusion des deux régimes. Ce qui signifie la disparition du statut Cadre et un nivellement par le bas des pensions. Pour le MEDEF il s’agit de faire des économies sur le dos des cadres , pour la CFDT de satisfaire sa vision égalitariste obsessionnelle du monde salarial.

Dans un tract , la confédération CFE-CGC dénonce cette alliance entre MEDEF et CFDT qui conduira à terme à une baisse importante du niveaux des retraites des cadres  et à la remise en cause de leur statut.

 

Les confédérations syndicales vont  devoir maintenant se prononcer sur une signature éventuelle du projet d’accord concocté par le MEDEF. Selon les régles actuellement en vigueur, il suffit de la signature d’un syndicat et de l’absence d’opposition de 3 autres syndicats, pour que l’accord soit valide.

A chacun maintenant de prendre ses responsabilités. Soyez certains que la CFE-CGC assumera les siennes.

 

 

 

Avis aux salariés d’ ALU en France

 

Salariés ALU, lorsque vous votez aux élections professionnelles d’ALU, vous déterminez la représentativité des syndicats dans ALU. Mais par votre vote  vous contribuez aussi au calcul de la représentativité future des syndicats français au niveau national, qui déterminera à partir de 2013 la validité des accords négociés à ce niveau, comme par exemple les retraites complémentaires.

Pensez y lors des prochaines élections professionnelles !

Publié dans Retraite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

petite souris 25/04/2011 10:23


Les négociations ont été une vaste comédie. Le MEDEF et la CFDT se sont entendus en amont des négociations pour faire payer le déficit des caisses de retraites complémentaires aux cadres.
La gesticulation médiatique habituelle de la CFDT n'arrive même plus à cacher sa complicité grandissante avec le MEDEF.


toto l'asticot 23/03/2011 17:45


la CFDT est un syndicat jaune. Chéréque est toujours prét à tout il a un stylo dans chaque main et veut smicardiser tous les salariés Francais ! quant aux gens qui ont cotisé beaucoup ils auront le
minimum vieilesse grace à la CFDT !


Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent 24/03/2011 11:08



Nous vous laissons la responsabilité de vos propos, même si nous trouvons nous aussi que Chérèque  a le stylo fort complaisant et que les cadres et l'encadrement sont le cadet de ses
soucis.
Notre analyse est la suivante : au niveau national les cadres sont très minoritaires à la CFDT et celle-ci n' hésitera pas à les sacrifier pour des raisons idéologiques (tous égaux,... par le
bas) et pour satisfaire sa majorité. En réalité le MEDEF et la CFDT ont trouvé un terrain d'entente pour faire payer la crise à la classe moyenne en préservant les revenus les plus hauts et les
plus bas.
A ALU en France la situation est  paradoxale   : 80 % de cadres  et 50 % des voix à la CFDT aux élections professionnelles. Les salariés s'estiment bien défendus chez ALU par
une CFDT excellente en communication et oublient les enjeux nationaux tout aussi importants.
Nous espérons que ce débat sur les retraites complémentaires ouvrira les yeux de chacun.