Quel avenir pour la R&D en France ?

Publié le par Intercentre CFE-CGC Alcatel-Lucent

 

Dans son annonce du 26 juillet, Ben Verwaayen précisait que les dépenses mondiales au niveau R&D seraient maintenues. C’était d’ailleurs le seul point positif de cette annonce. Le maintien d’un niveau élevé de R&D est en effet une question de survie pour le Groupe.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’ y aura ni mouvements entre pays, ni abandons de produits, ni salariés touchés. Il ne faut pas oublier que des fonctions SG&A existent aussi en R&D, certes en faible proportion. La fusion des Business Group Networks et S3G peut aussi entrainer une mutualisation de certaines fonctions de support. 

 

Atouts et handicap de la  France 

La France dispose de 2 atouts majeurs :

o        La qualité de ses chercheurs, ingénieurs et techniciens R&D

o        Un coût de revient de ses ingénieurs R&D légèrement inférieur au coût moyen mondial  de l’ingénieur R&D ALU grâce au Crédit Impôt Recherche (CIR)

Et d’un handicap :

o        une pyramide des âges vieillissante malgré les embauches de ces dernières années.

 

Lors de la rencontre de l’ Intersyndicale ALU avec Fleur Pellerin, les sujets du CIR et du vieillissement des salariés Français  d’ ALU ont été discutés. La Ministre s’est voulue plutôt rassurante sur la perennité du CIR y compris pour les grands groupes et a évoqué le contrat de génération comme possible solution de rajeunissement de la pyramide des âges.

 

Un contrat de génération adapté pour les grandes entreprises ?

 

Sur le contrat de génération , la CFE-CGC a attiré l'attention de la Ministre sur la nécessité de faire évoluer le projet plutôt conçu à l'origine pour les PME et les artisans. Pour les grands groupes comme Alcatel-Lucent caractérisés par un partage collectif du savoir et surtout par des évolutions technologiques très rapides, nous préconisons une approche collective plutôt qu'individuelle sur le contrat de génération. En clair : ce n’est pas forcément l’  ancien qui va partir qui formera le jeune qui va arriver.
La Ministre s'est déclarée intéressée par cette proposition et avait  l' intention d'en parler lors de la réunion Interministérielle prévue le soir même à Matignon sur ce sujet.

Pour la CFE-CGC, un dispositif adapté du contrat de génération pourrait être une solution pertinente pour rajeunir la pyramide des âges à moindre coût, notamment dans le cas de la R&D, dont les effectifs devraient être maintenus globalement en France grâce au CIR.

Encore faut-il que le gouvernement, au-delà des déclarations de bonne intention de Mme Pellerin, adapte effectivement le dispositif prévu et le rende incitatif. La CFE-CGC ne manquera pas de le relancer à ce sujet.

 

 

Avec la CFE-CGC et les autres syndicats d’ ALU défendons l’avenir de la R&D en France !

Publié dans Groupe Alcatel-Lucent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article